L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
11 octobre 2018

Déménagement de Bouffe Dépannage

« La population de Sainte-Agathe devrait se révolter »

Le président de la Halte alimentaire de Val-Morin, Serge St-Hilaire, se porte à la défense de l’organisme Bouffe Dépannage de Sainte-Agathe-des-Monts.

Daniel Deslauriers , journaliste

Le président de la Halte alimentaire de Val-Morin, Serge St-Hilaire (à gauche), en plein travail.
Le président de la Halte alimentaire de Val-Morin, Serge St-Hilaire (à gauche), en plein travail.
© Photo L'information du Nord - Archives

« Dehors, on ne veut plus rien savoir de vous autres, disent les gens d'église. Ça me coupe les deux jambes une telle décision. Demander de quitter les lieux pour entreposer des statues, des babioles et des archives, c'est ignoble. Il y a combien de chambres inutiles au second plancher de ce presbytère pour y entreposer de telles inutilités? De plus, pourquoi ne pas faire cet entreposage à l’évêché si c'est tellement important », questionne M. St-Hilaire.

LIRE AUSSI: Bouffe dépannage devra quitter le presbytère

« Que va dire la Fondation Tremblant qui a investi des sous pour transformer les lieux de travail de Bouffe Dépannage? Que vont dire ses autres donateurs qui permettent la pérennité de l’œuvre de madame Garand? »

Appel au boycott

Le président de la Halte alimentaire poursuit: « Je fais le même travail, à Val-Morin, que madame Garand et je ne voudrais pas faire face à une telle situation. Les ecclésiastiques ne sont-ils pas en place pour appliquer la charité chrétienne? Elle est où la charité chrétienne dans une telle décision? C'est inadmissible que les démunis de Sainte-Agathe ne puissent pas avoir de quoi manger. »

« La population de Sainte-Agathe devrait se révolter et ne plus donner un cent à leur paroisse », dit-il. « Je sais que je n'y vais pas avec le dos de la cuillère dans mon propos, mais les gens doivent savoir. L’évêché doit revenir sur la décision de la fabrique de Sainte-Agathe », insiste M. St-Hilaire.

 

Partager:

Daniel Deslauriers , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer