L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
11 octobre 2018

Négociations locales au CISSS des Laurentides

Les membres de l’APTS manifestent à Sainte-Agathe

Grande manifestation, hier midi, devant l’Hôpital Laurentien de Sainte-Agathe-des-Monts.

Daniel Deslauriers , journaliste

Les membres de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) ont manifesté bruyamment mercredi dernier.
Les membres de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) ont manifesté bruyamment mercredi dernier.
© Photo L'information du Nord - Daniel Deslauriers

Les membres de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) de la région des Laurentides ont voulu dénoncer ainsi les demandes déraisonnables de leur employeur. On estime que ces demandes seraient susceptibles de les pénaliser, certes, mais aussi de compromettre sérieusement la qualité des services aux usagers.

Plus de temps en voiture

L’APTS dénonce tout particulièrement les intentions de l'employeur d’accroître les distances parcourues par ses membres pour rendre des services à la population. « C’est une aberration », s'indigne le président de l’exécutif local de l’APTS-Laurentides, Benoît Audet. « L'employeur veut étendre le rayon d'intervention de certains employés de 60 km. On demande ainsi à nos membres de passer plus de temps au volant et moins de temps auprès des usagers. »

L'APTS en a également contre les exigences administratives croissantes liées à la paperasse, aux statistiques et aux contraintes budgétaires. « L'employeur est obsédé par ses budgets, ses statistiques et l’atteinte de ses cibles, et ce, au détriment des conditions de travail et des services à la population. On passe plus de 40% de notre temps à faire de la reddition de compte et moins de 60% à fournir des services directs aux usagers. C’est inacceptable », nous dit M. Audet.

« En agissant de la sorte, l'employeur ne fait rien pour améliorer les conditions de travail qui sont déjà très difficiles. La situation est telle qu'on a de la difficulté à procéder aux remplacements de congé (maternité, maladie, etc.). C’est même difficile d’avoir du monde sur nos listes de rappel. On ne s'étonne guère, dans ces conditions, qu'un grand nombre d'employés soient rendus au bout du rouleau », conclut Benoît Audet.

Médiation

Signalons en terminant que le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) et l’APTS ne sont pas venus à une entente le 1er octobre dernier, au terme de la période de 18 mois où les deux parties doivent en venir à un accord. Dans ce contexte, tel que prévu dans la loi, les négociations entre l’employeur et la partie syndicale sont interrompues jusqu’à ce que le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale identifie un médiateur-arbitre qui accompagnera les parties. Il sera appelé à statuer sur les différentes matières locales qui seront en vigueur pour les prochaines années.

« Nous allons collaborer activement au processus de médiation. Notre objectif demeure le même, soit d’offrir à nos équipes les meilleures conditions de travail possible, tout en assurant des services de qualité à la population », souligne le président-directeur général du CISSS des Laurentides, Jean-François Foisy.

Partager:

Daniel Deslauriers , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer