L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
9 octobre 2018

Il y a 75 ans à Saint-Donat, l'avion Liberator Harry s'écrasait

Par Dyane Bouthillette - Dans la nuit du 20 octobre 1943, le bombardier Liberator Harry s’écrasait au sommet de la montagne Noire à Saint-Donat, tuant 24 militaires. Il s’agit de la pire tragédie aérienne de l'histoire de l'aviation canadienne durant la Seconde Guerre mondiale.

L'escadron des musiciens du 438 de Saint-Hubert a interprété l'hymne national lors de la levée du drapeau du Canada.
L'escadron des musiciens du 438 de Saint-Hubert a interprété l'hymne national lors de la levée du drapeau du Canada.
© Photo Information du Nord – Dyane Bouthillette

Le 75e anniversaire de l'écrasement a été commémoré au cimetière de Saint-Donat, le 30 septembre. Des Donatiens, des Officiers supérieurs de l’Aviation royale canadienne et plusieurs autres personnes venant de partout au pays se sont rassemblés pour rendre hommage aux 24 militaires victimes de l'accident. « C'est un grand honneur d'être ici », a déclaré le neveu du pilote mort dans l'écrasement, Steve Sanderson.

Les membres de la famille Sanderson se sont également confiés sur l'importance de cette commémoration pour eux, qui ont perdu un père et un oncle dans l'écrasement en 1943. Pour lire leur témoignage, cliquez ici.

L'écrasement de l'avion a été découvert presque trois ans après la tragédie. Bien qu'une enquête ait été menée par les forces de l'armée canadienne, les causes demeurent toujours un mystère. « On ne le saura jamais, malheureusement », a affirmé le brigadier général,Michel Lalumière lors d'une entrevue avec L'information du Nord.

Les Gardiens du Liberator

C'est sur l'hymne national interprété par l'escadron des musiciens du 438 de Saint-Hubert que le drapeau du Canada a été hissé à l'ouverture de la commémoration.

« Cette cérémonie est rendue possible grâce aux efforts d'un groupe de bénévoles des Gardiens du Liberator, un groupe fondé il y a plus de 20 ans par M. André Gaudet pour entretenir le site de l'écrasement, mais surtout pour faire en sorte que cette tragédie méconnue de l'histoire de l'aviation canadienne ne soit jamais oubliée », a souligné la Capitaine Marie-Christine De Tilly, maître de cérémonie. Après la commémoration, le fondateur des Gardiens du Liberator, André Gaudet a reçu une médaille du brigadier général Michel Lalumière afin de saluer son travail exceptionnel. « Il est évident que j’ai été le leader dans cette commémoration, mais sans mon équipe des Gardiens du Liberator je n’aurais pas réussi cette opération. Un gros merci à mon équipe », affirme M. Gaudet.

Pour se souvenir

Lors de la cérémonie, des Officiers supérieurs de l’Aviation royale canadienne, entre autres, ont exprimé leurs reconnaissances envers les Gardiens du Libérator et rendu hommage aux militaires.

« Merci de garder ce souvenir vivant et de garder la mémoire de ces jeunes hommes et jeunes femmes qui font l'ultime sacrifice à bien des égards », a dit le Lieutenant colonel, Jean Cournoyer.

« C'est un rappel qui est excessivement important pour nous de ne jamais oublier cet événement », a affirmé le brigadier général, Michel Lalumière. 

Le Capitaine de corvette, Martin Poëti, a aussi salué la bravoure des soldats. « Les victimes du Librator Harry sont mortes dans l'exercice de leur devoir pour leur famille et pour leur pays », a-t-il rappelé.

Pour clôturer la cérémonie, les musiciens du 438 ont joué la pièce «Sonnerie aux morts », suivie d'une minute de silence. Des gerbes de fleurs ont été ensuite déposées autour du monument où reposent les militaires.

Pour plus d'informations ou communiquer avec Les Gardiens du Liberator, visitez le www.liberator-harry-b24d.org

Partager:

À ne pas manquer