L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
16 novembre 2018

Ils soutiennent 82 organismes

Moisson Laurentides prend de l’expansion

D’habitude, quand une entreprise privée prend de l’expansion, tous applaudissent. Quand il s’agit d’un organisme qui vient en aide aux démunis, en revanche, c’est une autre histoire.

Maxime Coursol , Rédacteur en chef

L’entrepôt actuel de Moisson Laurentides n’est jamais vide, même que l’espace y manque parfois.
L’entrepôt actuel de Moisson Laurentides n’est jamais vide, même que l’espace y manque parfois.
© Photo gracieuseté

Annie Bélanger le dit d’entrée de jeu: les besoins d’aide alimentaire grandissent dans la région, de Rosemère à Mont-Laurier. « Le coût moyen du panier d’épicerie a augmenté de 35% dans les dernières années, affirme la directrice générale de Moisson Laurentides. On se retrouve avec de plus en plus d’aînés, de travailleurs au salaire minimum et de familles qui ont de la misère à joindre les deux bouts. »

La pauvreté n’a plus de temps mort: même en plein été, des gens ont besoin d’aide pour se nourrir, alors qu’auparavant, c’est surtout l’hiver qui était la saison problématique. Devant ces besoins à l’année, Moisson Laurentides a lancé un projet pour relocaliser son entrepôt. Toujours situé à Blainville, il sera quatre fois plus grand que celui utilisé actuellement.

« Cet agrandissement s’imposait, car on reçoit 150 palettes de nourriture par jour, explique Mme Bélanger. Nous fournissons au total 82 organismes sur tout le territoire, dont 10 dans la MRC des Laurentides et deux dans Antoine-Labelle. Bouffe laurentienne vient deux fois par semaine à notre entrepôt pour faire le plein de leur camion réfrigéré, avant de redistribuer la nourriture aux différents organismes sur son territoire. »

Plus de viande

Un des problèmes auxquels Moisson Laurentides a le plus souvent été confronté est le manque de viande à offrir aux gens dans le besoin. Afin de pallier ce manque, l’organisme a développé avec 35 supermarchés un programme de récupération. Dans chaque département (y compris la viande), lorsque des denrées sont sur le point d’être périmées, elles sont mises de côté par les gérants. Chaque jour, ceux-ci vérifient les étals et congèlent ce qui est sur le point de « passer date ». Ils mettent le tout ensuite dans des bacs que Moisson Laurentides récupèrent. Ces denrées sont ensuite acheminées aux organismes dans les 24 à 48 heures.

« De cette façon, nos partenaires contrent le gaspillage et nous, on peut fournir de la viande à nos gens. On a récupéré de cette façon 50 000 kilos de plus, rien que pour la période entre le 1er juillet 2017 et le 30 juin 2018 », déclare Annie Bélanger. Cette quantité phénoménale de viande qui s’ajoute à l’entrepôt de Moisson y est pour beaucoup dans l’agrandissement de leur entrepôt, où une plus grande part de l’espace sera consacré à des réfrigérateurs et des congélateurs.

Moisson Laurentides rappelle en conclusion qu’outre les supermarchés, elle peut aussi compter sur des grossistes, des producteurs agricoles et plusieurs usines de transformation alimentaire des Laurentides pour fournir de la nourriture aux démunis. « Nous manquons aussi de bénévoles pour la Guignolée des médias et les dons en argent sont toujours les bienvenus », conclut la directrice générale.

On peut joindre Moisson Laurentides au 450-434-0790.

Partager:

Maxime Coursol , Rédacteur en chef

  • Courriel

À ne pas manquer