L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
23 janvier 2019

St-Donat

Microbrasserie BroueMalt: le point de rencontre de toute une communauté

Depuis septembre 2017, la municipalité de Saint-Donat a aussi sa microbrasserie au 353, rue Principale.

Daniel Deslauriers , journaliste

Après Val-David, St-Adolphe et Ste-Agathe, au tour de St-Donat d'avoir sa microbrasserie.
Après Val-David, St-Adolphe et Ste-Agathe, au tour de St-Donat d'avoir sa microbrasserie.
© Lea Bohland - Unsplash

La microbrasserie BroueMalt, c’est le grand projet de Mathieu Gibeault et Fannie Bessette qui a pris forme au Sri Lanka, en 2016, lors d’un voyage de 5 mois en Asie avec leurs deux enfants. De retour au pays, Mathieu s’inscrit à l’Institut Brassicole du Québec en mars 2017, puis fait ses premières armes comme assistant à la microbrasserie La Diable à Mont-Tremblant.

Succès instantané

Le couple fait l’acquisition aussi d’un bâtiment au cœur du village. Un an de rénovations plus tard, la microbrasserie BroueMalt ouvre ses portes sous la forme d’une brasserie-restaurant au cachet chaleureux. « Il n’y avait pas beaucoup d’endroits à Saint-Donat où se réunir et prendre une bière entre amis après le ski ou la journée de travail », souligne M. Gibeault. Le succès a été instantané.

Aussi, depuis juin 2018, la microbrasserie offre de 8 à 10 bières brassées dans l’atelier de brassage en dessous de l’une des deux terrasses de l’établissement. « Des bières sans aucun sucre ajouté et 100% grain », insiste M. Gibeault. Les clients de la microbrasserie ont aussi le choix parmi une vingtaine de vins d’importation privée et plusieurs choix de repas.

Comment expliquer la popularité des microbrasseries qui se multiplient un peu partout? « C’est un mouvement sociétaire. Les gens veulent goûter la différence. Les gens sont mieux éduqués à la qualité. Ce n’était pas le cas il y a 20 ou 30 ans et c’est la même chose pour le vin comme pour la bière. »

Et l’avenir maintenant? « Pas de commercialisation à grande échelle, nous dit Mathieu Gibeault. Peut-être un projet de boutique à l’arrière. Les gens pourront apporter aussi leur cruchon de 1 litre et le remplir pour emporter. On verra… »

Partager:

Daniel Deslauriers , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer