L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
31 janvier 2019

Des citoyens se disent intimidés à Sainte-Agathe

Denis Chalifoux, maire de Sainte-Agathe-des-Monts, a été pointé du doigt pour intimidation alléguée dans un article du Journal de Montréal du lundi 28 janvier 2019.

René-Pierre Beaudry , journaliste

Jean-François Blondin demande au maire Denis Chalifoux de cesser sa pression auprès de son employeur, Alliance Ford.
Jean-François Blondin demande au maire Denis Chalifoux de cesser sa pression auprès de son employeur, Alliance Ford.
© Photo L'information du Nord - René-Pierre Beaudry

Le plaignant à l’origine du reportage signé Matthieu Payen est Jean-François Blondin, ex-rival politique du maire Chalifoux aux élections municipales de 2017 et aujourd’hui représentant aux ventes chez Alliance Ford, à Sainte-Agathe.

En résumé, l’article du quotidien montréalais fait référence à un appel logé en décembre 2018 par M. Chalifoux à Normand McGrail, propriétaire d’Alliance Ford et employeur actuel de M. Blondin.

En réponse à un appel de L’information du Nord, Jean-François Blondin affirme que la pression exercée sur lui par le maire Chalifoux est bien antérieure à la campagne électorale de novembre 2017. « C’était le cas aussi en 2014 - 2015, quand j’étais membre de la Chambre du commerce (du Grand Sainte-Agathe), bien avant que j’annonce ma candidature à la mairie en 2017. En fait, (ç’a commencé) il y a 10 ou 12 ans, au moment où je suis devenu administrateur de la Page Facebook Ste-Agathe-des-Monts (non-officiel). Ç’a dérangé le maire. Il a toujours voulu que je ferme cette page-là. »

Mise en demeure

Le 19 décembre dernier, M. Blondin a envoyé au maire Chalifoux une mise en demeure qui dénonçait son coup de téléphone (du 15 décembre) à son employeur (M. McGrail). Dans sa lettre, M. Blondin enjoignait M. Chalifoux de cesser ses moyens de pression sur lui et l’invitait à une rencontre amicale, rencontre de laquelle pourrait ressortir une solution au litige. L’ex-candidat à la mairie a ajouté qu’il n’entendait toutefois pas mettre un terme à son travail d’administrateur de la Page Facebook Sainte-Agathe-des-Monts (non-officiel). Le maire agathois avait jusqu’au 10 janvier pour répondre à l’invitation.

Le 28 janvier, Denis Chalifoux n’y avait toujours pas donné suite.

« Sa seule réaction a été d’envoyer à mon employeur (Normand McGrail) un texto pour savoir s’il était d’accord avec la mise en demeure que je venais de lui faire parvenir... Je suis en réflexion ces jours-ci. Je déciderai la semaine prochaine si je ferai appel à mes aviseurs légaux », a terminé M. Blondin qui a dit en avoir assez d’être étiqueté « éventuel candidat rival de Denis Chalifoux aux élections municipales de 2021 ». « Je ne suis pas une menace (politique) pour le maire Chalifoux parce qu’il est 100% certain que je ne me présenterai pas contre lui aux prochaines élections municipales du fait que je n’habite plus à Sainte-Agathe-des-Monts. »

Juré sur la Bible

Le maire Denis Chalifoux, qui se dit lui-même victime d’intimidation de la part de ses «adversaires politiques », a décidé de ne pas commenter davantage le contenu de l’article du Journal de Montréal.

« Je n’ajouterai pas d’autres commentaires parce qu’il (l’article) mentionne que M. Blondin songe à un recours judiciaire contre moi », a-t-il répondu, confirmant avoir reçu de ce dernier une mise en demeure et une invitation à le rencontrer.

M. Chalifoux a toutefois tenu à faire une mise au point: il a effectivement juré sur la Bible (au journaliste du Journal de Montréal) qu’il n’a jamais demandé à l’employeur de M. Blondin de le congédier. « Si (dans sa réponse au journaliste) M. McGrail dit que pour lui, ça signifiait une exigence de ma part qu’il congédie M. Blondin, c’est son interprétation. Moi, je n’ai jamais dit ça. »

Joint à son tour par notre journaliste, Normand McGrail, propriétaire d’Alliance Ford et depuis quelques mois employeur de Jean-François Blondin a rectifié les faits: le maire Chalifoux ne lui a effectivement pas demandé de congédier son employé lors de son appel en décembre. « (Le maire) m’a appelé un samedi sur mon cellulaire pour me dire: « Vous savez que la Ville de Sainte-Agathe est client(e) chez vous. On a commandé un nouveau camion pour le Service d’incendie. Nous avons des conseillers qui sont clients chez vous. Et... » »

Le maire se serait arrêté là, selon M. McGrail pour qui le ton de son interlocuteur était plutôt révélateur.

À LIRE AUSSI: « Il ne faut pas laisser la discussion déraper » -Michel Nadeau

Partager:

René-Pierre Beaudry , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer