L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
31 janvier 2019

« Il ne faut pas laisser la discussion déraper » -Michel Nadeau

« C’est certain que je n’encouragerai pas un concessionnaire qui emploie une personne qui passe son temps à me dénigrer. » Cette déclaration du maire de Sainte-Agathe, Denis Chalifoux, est rapportée dans le Journal de Montréal du 28 janvier dans un article intitulé « Des résidents soutiennent être intimidés par leur maire ».

René-Pierre Beaudry , journaliste

Tous les élus de la Ville de Sainte-Agathe-des-Monts sont soumis à un code de déontologie.
Tous les élus de la Ville de Sainte-Agathe-des-Monts sont soumis à un code de déontologie.
© Photo L'information du Nord - René-Pierre Beaudry

L’allusion du maire au fait d’encourager ou non un concessionnaire automobile selon les propos favorables ou pas qu’il tiendra à son endroit amène le directeur général de l’Institut sur la gouvernance des organisations privées et publiques (IGOPP), Michel Nadeau, à rappeler l’existence de règles d’achat qui doivent être exemptes de toute partisanerie: « Quand une ville fait des demandes pour acheter des véhicules, il y a des procédures en place que tout le monde doit respecter. »

« Dans la vie politique , a-t-il confié à L’information du Nord, il est normal d’être confronté à des avis différents et au fait que des gens ne partagent pas le même point de vue. Cependant, on travaille tous pour le bien commun. Or travailler pour le bien commun de la municipalité, c’est faire le débat – si virulent soit-il - au niveau des enjeux. Cela fait partie de la démocratie municipale. Il ne faut pas laisser la discussion déraper et tomber dans le piège d’une délibération sur les individus ou les comportements individuels. »

Par ailleurs, un Code d’éthique et de déontologie des élus de la Ville de Sainte-Agathe-des-Monts s’applique à tous les membres du conseil de Ville.

À LIRE AUSSI: Des citoyens se disent intimidés à Sainte-Agathe 

Autre témoignage

Outre l’ancien candidat à la mairie Jean-François Blondin, Ghislain Valade, ancien président de la Chambre de commerce du Grand Sainte-Agathe, a aussi témoigné dans l’article du journaliste Matthieu Payen dans le Journal de Montréal du lundi 28 janvier.

Le passage en question fait référence au témoignage de trois citoyens qui soutenaient qu’en 2015, une sortie publique de la Chambre de commerce contre une décision du conseil municipal avait à ce point déplu au maire Denis Chalifoux que ce dernier aurait appelé les employeurs des membres du conseil d’administration de ladite Chambre. « Après ça, plus personne n’osait rien dire au CA. C’est ce qui m’a fait sauter les plombs » fulmine Ghislain Valade, qui a quitté peu après la présidence de la Chambre de commerce, » écrivait le quotidien montréalais.

M. Valade n’a pas voulu élaborer davantage sur l’article, s’en tenant pour l’instant au texte publié dans le Journal de Montréal.

Partager:

René-Pierre Beaudry , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer