L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
27 novembre 2019

MRC des Laurentides

Deux années bien remplies pour La Manufacture

La Manufacture, basée à Sainte-Agathe, célébrait le 5 novembre son 2e anniversaire. L’occasion était bonne pour dresser le bilan de ses réalisations.

Maxime Coursol

Paul Calce, directeur général de la CDE qui gère La Manufacture (à gauche), pose ici avec deux membres de son conseil d’administration, le préfet de la MRC des Laurentides Marc L’Heureux et l’entrepreneur Pierre Morin.
Paul Calce, directeur général de la CDE qui gère La Manufacture (à gauche), pose ici avec deux membres de son conseil d’administration, le préfet de la MRC des Laurentides Marc L’Heureux et l’entrepreneur Pierre Morin.
© (Photo L’information du Nord – Maxime Coursol)

Le premier incubateur-accélérateur d’entreprises des Laurentides compte maintenant six entreprises en démarrage en son sein: Origin Kombucha, Émulsion, la distillerie La Manufacture, La petite pâtissière, L’issue Gastronomie végane maison et la microbrasserie La Veillée. Celle-ci entamera en 2020 son processus de sortie, pour avoir pignon sur rue à Sainte-Agathe. Six autres entreprises sont également en négociation pour y installer leur atelier.

« Nous respectons le rythme des incubés, précise Paul Calce, directeur général de la Corporation de développement économique (CDE), responsable de La Manufacture. On s’attend à ce que La Veillée quitte le bâtiment pour 2021, si tout va comme prévu, mais elle conservera un certain encadrement de la CDE. On ne met personne dehors ici. »

Amener l’entreprise ailleurs

Rappelons que la mission de La Manufacture est de maximiser le potentiel des entreprises sur le territoire de la MRC des Laurentides dans les domaines manufacturier, de la transformation et de la fabrication. En plus de leur offrir des installations industrielles où elles peuvent lancer leurs activités, les entreprises incubées peuvent recevoir de l’équipe de La Manufacture de l’accompagnement, du coaching, des activités de formation et de réseautage ainsi que des services-conseils avec les partenaires.

L’incubation des entreprises, d’une durée maximale de cinq ans, se divise en plusieurs étapes. D’abord, l’élaboration du plan d’affaires et l’établissement de prévisions financières, suivi de la recherche de financement et de l’aménagement de l’atelier, avant même de commencer la production. Par la suite, on met ses produits en marché, tout en les améliorant grâce à des formations et le recours à des experts. Le processus d’incubation prend fin quand l’entreprise a suffisamment grossi pour être relocalisée dans un parc d’affaires.

« La raison d’être de La Manufacture, c’est de faire le pont entre le travail autonome et l’entreprise qui a pignon sur rue, rappelle Paul Calce. On s’adresse vraiment aux petits transformateurs agroalimentaires, c’est ce pour quoi le bâtiment est adapté. Les entreprises qui s’y installent prennent graduellement de plus en plus de pieds carrés au fur et à mesure qu’elles grossissent et lorsqu’elles atteignent les 3000 pi2, elles peuvent sortir et se louer un condo industriel. »

Célébration

La Manufacture a voulu célébrer en grande pompe son 2e anniversaire avec un événement de réseautage visant à promouvoir les entreprises incubées et leurs produits. Une activité baptisée « Hot seats » y a notamment rencontré un grand succès. Lors de celui-ci, deux entreprises bien implantées qui sont en bonne voie d’atteindre le prochain niveau ont pu bénéficier sous forme d’échanges des conseils d’un panel de quatre experts issus de la région des Laurentides: Ariane Paré Le Gal, vice-présidente de Gourmet Sauvage, Christian Verronneau, PDG de Multinautic, Gilles La Roche, président de G. La Roche Services-conseils, et Ariel Retamal, directeur général et commissaire à l’exportation de Laurentides International.

Cet événement, qui a attiré près de 80 convives, a été précédé par l’assemblée générale annuelle de La Manufacture. Lors de celle-ci, il a été dévoilé que l’incubateur-accélérateur finit l’année avec un léger excédent de 20 999$. De plus, il a été annoncé que pour 2020, La Manufacture installera dans ses locaux une cuisine à temps partagé. Celle-ci pourra être louée par blocs de 4, 6 ou 8 heures par des entreprises privées de transformation alimentaire pour développer des produits ou encore par des organismes communautaires qui veulent tenir des cuisines collectives. De la formation professionnelle en cuisine pourrait également s’y donner.

Partager:

Maxime Coursol

  • Courriel

À ne pas manquer