L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
6 novembre 2019

Déploiement d’Internet dans la MRC des Laurentides

Encore 10 000 foyers dans la région sans la haute vitesse

La MRC des Laurentides a bon espoir de voir l’ensemble de son territoire être desservi grâce au nouveau programme Régions branchées, annoncé par le gouvernement provincial.

Maxime Coursol

La MRC des Laurentides a conclu un partenariat avec Cogeco afin de déployer l’Internet haute vitesse partout sur son territoire.
La MRC des Laurentides a conclu un partenariat avec Cogeco afin de déployer l’Internet haute vitesse partout sur son territoire.
© (Photo L’information du Nord – Archives)

Ce programme est présentement en appel de projets. Une somme de 100 millions de dollars y est consacrée pour appuyer le déploiement d’infrastructures numériques dans les zones partiellement desservies par un service Internet haut débit.

Selon la province, « ces zones sont prioritaires, car elles n’étaient pas admissibles dans le cadre du dernier programme mis en place par le gouvernement du Québec (Québec branché), et échapperont aux prochains appels de projets du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) et du gouvernement fédéral. » Le guide et le formulaire d’inscription sont disponibles sur le site Web du ministère de l’Économie et de l’Innovation, et les demandes seront acceptées jusqu’au 18 novembre.

Entente avec un gros joueur

C’est une bonne nouvelle pour la MRC des Laurentides, qui a déjà déposé un projet, conjointement avec l’entreprise de télécommunications Cogeco, pour desservir les 10 000 foyers dans la région qui ne sont toujours pas branchés sur la fibre optique. « On sait qu’avec ces nouvelles sommes, les compagnies privées vont déposer des projets. Alors, aussi bien conclure un partenariat avec l’une d’elles. Ça semble la voie la plus rapide et la plus sûre », confie la directrice générale de la MRC, Nancy Pelletier.

Elle précise cependant que ça ne veut pas dire que Cogeco aura le monopole sur le territoire. « Récemment, Bell a déployé de la fibre optique dans les secteurs de Lantier et Ivry, il n’est donc pas impossible qu’elle fasse un bout elle-même pour concurrencer Cogeco. Il y a aussi d’autres organismes, comme Télé-Câble La Conception », soutient-elle. Cela dit, les subventions gouvernementales doivent servir à desservir les territoires qui n’ont pas déjà accès à la haute vitesse, et non à la compétition entre les compagnies de télécommunications.

Mettre fin au « patchwork »

Le cas de la MRC des Laurentides est particulier car il n’y a pas de municipalités qui n’ont aucun accès à Internet haute vitesse. On parle plutôt d’un gruyère, dans le sens où on trouve plusieurs poches de population mal desservies. « En fait, c’est très disparate, avance Mme Pelletier. On parle de tours de lacs, bien entendu, mais aussi du secteur Vendée à Amherst et de certaines rues à Sainte-Agathe et Mont-Tremblant. »

Si l’organisme FILAU de la MRC sera encore actif pour quelques années dans certaines zones, le temps de voir les autres joueurs en télécommunications dérouler de la fibre optique, ultimement, chaque foyer devrait avoir accès à une connexion haute vitesse décente si le projet de Cogeco est retenu par Régions branchées.

Cela dit, ça peut être long avant que tous soient connectés, car il faut demander la permission d’utiliser les poteaux des autres compagnies de télécommunication. « On estime qu’il faudrait 36 mois pour déployer l’Internet haute vitesse sur l’ensemble du territoire, mais ça prendrait une boule de cristal pour savoir si cet échéancier-là sera respecté, car ce n’est pas de notre ressort », dit Mme Pelletier.

La MRC souhaite d’ailleurs des avancées significatives rapidement et entend faire pression en ce sens sur le gouvernement provincial. « Il faut favoriser la conclusion d’ententes entre les compagnies, dans un plus court délai », conclut-elle.

Partager:

Maxime Coursol

  • Courriel

À ne pas manquer