L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
6 novembre 2019

Partage et solidarité Laurentides

Pour enrayer le gaspillage alimentaire

En ce mercredi d’automne ensoleillé, une quinzaine de bénévoles s’affairent telles de petites abeilles habiles et dévouées dans la cuisine du chalet Dion à Val-David. Le décompte est commencé, d’ici une heure, une trentaine de familles feront la queue pour profiter des bons petits plats préparés maison.

Sandra Mathieu

Depuis juin, Lyne Cauchon et Marilou De Montigny distribuent gratuitement avec l’équipe de bénévoles des plats cuisinés tous les mercredis de 16 h à 18 h au chalet Dion (1280 rue Dion, Val-David).
Depuis juin, Lyne Cauchon et Marilou De Montigny distribuent gratuitement avec l’équipe de bénévoles des plats cuisinés tous les mercredis de 16 h à 18 h au chalet Dion (1280 rue Dion, Val-David).
© (Photo gracieuseté - Val-David)

Bienvenue dans l’univers de Partage et solidarité Laurentides qui récupère des denrées invendues ou sur le point d’être périmé, pour les transformer et les redistribuer à la communauté, et ce, dans l’objectif d’éliminer le gaspillage alimentaire. 

Fière du succès de l’organisme qu’elle a cofondé à Montréal en 2017, Lyne Cauchon a voulu reproduire ce modèle d’entraide, de collaboration et de partage en région. C’est en s’établissant à Val-David qu’elle a réussi à tout mettre en œuvre pour poursuivre sa mission qu’elle partage aujourd’hui avec Marilou De Montigny qui coordonne les activités à ses côtés. 

Pour le moment, Mme Cauchon considère le projet comme un réel laboratoire et elle espère que la méthode de travail puisse être recréée dans d’autres villages. Elle caresse le rêve de devenir un véritable carrefour alimentaire parce que pour elle, l’heure est à la sensibilisation et au changement par et pour la communauté. 

« Énormément de fausses informations circulent concernant la récupération des denrées, déplore Mme Cauchon. Si on se fie au Code civil, il n’y a aucune raison valable expliquant que certains commerçants se débarrassent de denrées alimentaires totalement consommables au lieu de les donner soit à leurs employés ou à un organisme communautaire qui en ferait la distribution. » 

La mission de Partage et solidarité Laurentides est entre autres d’aider les commerçants qui n’ont pas les ressources nécessaires pour faire la gestion de ces denrées, grâce à une aide ponctuelle et récurrente. 

Donner au suivant

« Chaque semaine, c’est plus d’une soixantaine de plats cuisinés qui sont distribués gratuitement aux personnes qui se présentent au chalet Dion, et ce, sans poser de question, explique Mme Cauchon. Une boîte à contribution volontaire est sur place pour nous aider à défrayer notre seule dépense, nos frais de transport. De plus, nous cuisinons une cinquantaine de plats par semaine pour la clientèle défavorisée du Comptoir alimentaire de Val-David. Un échange de bons procédés, car nous bénéficions parfois des surplus de l’organisme provenant entre autres des invendus des supermarchés pour cuisiner nos recettes ». 

En peu de temps, Lyne et Marilou ont réussi à trouver diverses sources d’approvisionnement de denrées et sont reconnaissantes de l’entraide inestimable reçue de quelques organismes et entreprises telles que les Jardins communautaires, Croque paysage, le Village du Père Noel, la boutique les Abeilles, le Comptoir alimentaire, L’Issue gastronomie Végane maison, Moisson Laurentides, sans oublier les bénévoles et les citoyens qui contribuent à nourrir le Réfrigénéreux (frigidaire communautaire). Des ententes avec différents restaurants sont dans la mire.

Les deux collaboratrices poursuivent leurs démarches pour aller chercher davantage de partenaires prêts à donner leurs invendus non périmés et ont le désir profond de pousser le volet formation en vue de faciliter la transformation des denrées en chefs-d’œuvre gastronomiques. « Grâce à une subvention, nous aimerions offrir des ateliers entre autres auprès des jeunes, ajoute Mme Cauchon. J’aimerais ultimement pouvoir compter sur une brigade bénévole qui nous permettrait d’offrir les livraisons pour la clientèle qui ne peut se déplacer. »

Partager:

Sandra Mathieu

  • Courriel

À ne pas manquer