L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
2 décembre 2019

Opération CIBLER

La SQ s’attaque au crime organisé

La Sûreté du Québec (SQ) a sonné la charge contre le crime organisé implanté dans la région, ces dernières semaines.

Maxime Coursol

La police a lancé une vaste offensive contre le crime organisé implanté dans les bars et restaurants de la province, en novembre.
La police a lancé une vaste offensive contre le crime organisé implanté dans les bars et restaurants de la province, en novembre.
© L’info du Nord – Archives

Bien qu’on associe souvent le crime organisé aux grandes villes et aux zones fortement peuplées sur le territoire, il existe aussi en région. C’est pourquoi la SQ, en collaboration avec la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et de nombreux services de police municipaux, ont travaillé de façon concertée du 7 au 30 novembre pour l’ébranler. Ils se sont présentés dans plusieurs établissements licenciés (bars, restaurants) dans le cadre de l’opération « CIBLER » (Concertation contre l’intimidation dans les bars licenciés avec l’équipe de renseignement).

Durant cette période, les policiers ont effectué plus de 500 visites d’établissements situés partout au Québec. Une centaine d’entre elles se sont déroulées sur le territoire desservi par la SQ dans les régions de l’Outaouais et des Laurentides, selon le sergent Marc Tessier. « Pour le territoire où il n’y a pas de corps de police municipal, c’est-à-dire toute la région de Lachute en montant, excluant la plus grande partie des Basses-Laurentides, les villes de Gatineau et Mont-Tremblant, on a procédé à 25 arrestations: trois pour possession de stupéfiants, cinq pour des bris de conditions, six en vertu de mandat d’arrestation, deux pour des mandats percepteurs et 10 autres », a-t-il confié à L’info.

Au total, toujours sur ce même territoire et dans la même période, les agents de la SQ ont interpellé 23 individus liés au crime organisé et 48 reliés au monde des stupéfiants, de Maniwaki à Mirabel.

Mettre en échec l’intimidation

L’opération CIBLER découle de nombreuses visites d’agents dans les établissements licenciés, afin de recueillir des informations et de développer des liens avec les tenanciers et leurs employés. Contrairement à certaines idées reçues, la collaboration est généralement bonne, dit le sergent Tessier, car les interventions policières permettent d’augmenter le sentiment de sécurité à l’intérieur de ces établissements. « Le fait de mener des opérations comme ça, souvent, on les rassure, en plus de les informer de la marche à suivre pour qu’on puisse intervenir. »

Le sergent Tessier ajoute que des policiers en uniforme visitent fréquemment ces établissements, différentes journées, pour s’assurer de garder une présence sur le terrain et, éventuellement, d’arrêter de nouveau les mêmes individus ou leurs associés qui pourraient revenir à cet endroit.

Toute information sur des établissements fréquentés par le crime organisé ou des trafiquants de stupéfiants peut être rapportée à la Centrale de l’information criminelle de la SQ au 1-800-659-4264.

Partager:

Maxime Coursol

  • Courriel

À ne pas manquer