L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
3 décembre 2019

Auteur de L’artisan fermier

Dominic Lamontagne veut qu’on se réapproprie l’agriculture

Sur sa ferme à Sainte-Lucie, Dominic Lamontagne tente de faire le pont entre l’autonomie des agriculteurs du passé et le recours au savoir et aux techniques agricoles d’aujourd’hui. Il partage maintenant cette vision dans son livre L’artisan fermier.

Dominic Lamontagne a lancé son livre officiellement le 15 novembre à Montréal, il est donc accessible dès maintenant auprès de l’éditeur Écosociété. L’auteur sera également au Marché de Val-David les 7 et 8 décembre, de 11h à 13h, à l’école Saint-Jean-Baptiste.
Dominic Lamontagne a lancé son livre officiellement le 15 novembre à Montréal, il est donc accessible dès maintenant auprès de l’éditeur Écosociété. L’auteur sera également au Marché de Val-David les 7 et 8 décembre, de 11h à 13h, à l’école Saint-Jean-Baptiste.
© (Photo gracieuseté)

L’homme, qui a connu une importante attention médiatique ces dernières années avec son premier livre La ferme impossible, est l’exemple typique de ce qu’on appelle un « néo-agriculteur ». Non issu du milieu agricole, il a quitté Montréal pour s’installer en permanence avec sa famille à son chalet de Sainte-Lucie dans le but d’y pratiquer une agriculture artisanale, en symbiose avec la nature et sans recourir à des technologies hyper-sophistiquées. Avec le temps, il a développé un savoir-faire qu’il veut maintenant partager.

« Que le lecteur caresse le rêve d’élever seulement quelques volailles pendant l'été, ou qu’il souhaite jeter les bases d’une petite ferme vivrière capable de le nourrir à l’année, ce manuel lui offrira tout ce qu’il faut pour réussir. J’ai voulu, dans le fond, faire le livre que j’aurais voulu avoir quand je me suis lancé. Ça n’existe pas, le guide pratique du fermier, tu as le choix entre le gros guide de gestion agricole du cégep ou des petits livres pour avoir une poule comme animal de compagnie », soutient-il.

De la naissance à l’assiette

C’est pourquoi, dans L’artisan fermier, Dominic Lamontagne propose de nombreuses techniques accessibles à tous pour élever des poulets de chair, des poules pondeuses et des chèvres laitières. Étape par étape, le manuel enseigne entre autres comment traire une chèvre, comment confectionner du fromage et du savon avec son lait, sans oublier l’incubation d’œufs maison.  

Près de 300 illustrations expliquent en détail les équipements nécessaires à l’élevage de la poule pondeuse, du poulet de chair et de la chèvre laitière, on peut même se baser sur elles pour s’en construire soi-même. L’abattage et l’éviscération de la volaille sont également décrits avec des dessins. « Je veux voir revenir le tout fait à la ferme. Il faut sortir de cette industrialisation agricole dans laquelle on s’est engagé depuis 50 ans, qui rend l’agriculteur dépendant de la grosse machine industrielle agricole », plaide l’auteur.

« Les marchés publics, le désir de manger local, ce n’est pas une mode: c’est un désir de sens. On ne veut pas que notre alimentation ait un impact écologique négatif. »

-Dominic Lamontagne

Une foule de conseils

En plus de son côté plus « pratique », le manuel de M. Lamontagne présente également le cadre légal actuel en agriculture pour permettre aux nouveaux venus dans le domaine de s’y retrouver, ainsi que des recettes pour pouvoir tout utiliser de l’animal tué: abats, pattes, etc. À cela s’ajoute d’autres petits trucs, comme l’usage de poulaillers mobiles par exemple ou encore le recours à la serre pour l’hiver.

« On peut cultiver des légumes en serre tout l’été, puis quand le froid s’installe, on installe les poules pondeuses dans la serre. Elles sont plus au chaud et peuvent se nourrir des résidus végétaux des légumes qu’on cultive, parce qu’elles sont omnivores. On récupère en même temps leur fumier pour engraisser la terre, et au printemps, on les remet au pâturage », explique Dominic Lamontagne.

Soucieux de voir d’autres personnes prendre le virage d’une agriculture locale et de proximité pour forcer les gouvernements à revoir leurs lois agricoles, Dominic Lamontagne espère que son livre incitera les communautés à se nourrir par leurs propres moyens. « Si j’ai réussi à le faire à Sainte-Lucie, sur une terre de roche et en friche, tout le monde peut y arriver! », conclut-il.

Partager:

À ne pas manquer