L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:

Virage vert dans la région

L’entreprise privée met l’épaule à la roue

De plus en plus d’entreprises, la plupart issues de bannières bien connues, tentent de réduire leur impact environnemental. Dans la région, le virage vert est bien entrepris pour plusieurs compagnies.

Maxime Coursol

La somme des petits gestes écologiques posés par chaque entreprise peut, au final, amener une réduction certaine de l’empreinte carbone de la région.
La somme des petits gestes écologiques posés par chaque entreprise peut, au final, amener une réduction certaine de l’empreinte carbone de la région.
© Photo Unsplash – Noah Buscher

Les exemples ne manquent pas, notamment dans le monde de l’alimentation. Les supermarchés Metro ont désormais pour politique de ne vendre que des poissons issus d’espèces qui ne sont pas en danger de disparition et qui ont été pêchés en quantité raisonnable, de façon à assurer que les stocks se renouvellent.

Autres exemples, dans le monde de la restauration rapide: A&W, qui a un restaurant à Sainte-Agathe, essaie de se démarquer de ses rivales en offrant aux clients des pailles en carton et des contenants 100% compostables. Le Groupe St-Hubert a aussi décidé d’éliminer les pailles de plastique dans l’ensemble de son réseau. Des pailles en papier, biodégradables, sont désormais offertes aux clients sur demande. Bornes de recharges électriques, compostage dans les rôtisseries et retrait complet du styromousse figurent aussi parmi les gestes pris par l’entreprise dans le cadre de son programme St-Huvert.

Dans la région, la Société d’aide au développement des collectivités (SADC) des Laurentides offre dans le cadre du Fonds Soutien aux petites entreprises une expertise en développement durable pour que des entreprises puissent identifier des gestes à poser afin de réduire leur impact environnemental. Selon Marie-Christine Rhéaume, de la SADC, les entreprises ont quatre avenues à emprunter pour devenir écoresponsables: d’abord, réduire le nombre de déchets qu’elles produisent. Ensuite, dans l’ordre, elles tentent de réutiliser leur matériel, et si c’est impossible, elles le recyclent ou tâchent de le valoriser autrement.

Hyundai

Hyundai a profité de son déménagement à Val-David, sur la route 117, pour aménager un bâtiment de façon plus écologique. Le nouveau concessionnaire se trouvant en bordure de la rivière du Nord, la bande riveraine de 15 m a été protégée, des bassins de sédimentation ont été creusés pour capter l’eau de pluie et la portion arrière du commerce servant à l’entreposage des voitures ne sera pas asphaltée, pour permettre au sol de mieux absorber l’eau. De plus, un mur végétal sera aménagé lors de la belle saison.

« Nous avons également évité au maximum l’abattage d’arbres sur le nouveau terrain pour construire la bâtisse, avance Martine Tremblay, responsable marketing et mise en marché du concessionnaire. Nous avons tout transplanté ce qu’on pouvait ailleurs, dans la bande riveraine ou dans notre ornementation paysagère. »

Familiprix

Pour la pharmacie de Val-David, affiliée à la bannière Familiprix, chaque geste compte pour prendre soin de l’environnement. « Si on veut que les choses changent, il faut donner l’exemple », estime Véronique Segard-Roussel, copropriétaire de l’entreprise qui travaille étroitement avec Maillon Vert pour être une pharmacie écoresponsable par la mise en œuvre de mesures concrètes.

Valorisation des produits ayant un meilleur impact sur l’environnement (notamment des produits ménagers en vrac comme le savon à main et à lessive), amélioration de la gestion des médicaments résiduels et diminution du papier figurent entre autres dans la liste des gestes posés et ce n’est qu’un début. La diminution des sacs de plastique a été la première étape de ce virage vert.

Station Mont Tremblant

Dans le monde du ski aussi, des efforts ont été déployés. La Station Mont Tremblant a obtenu en juin 2017 sa certification « Entreprise écoresponsable », devenant la première station de ski au Québec à être certifiée. Cette certification vient couronner des efforts qui ont commencé en 2013, au Chalet des Voyageurs, où on a commencé à installer des bacs pour recueillir les matières compostables. Le Grand Manitou et chacune des cafétérias de la Station ont emboîté le pas en 2014, puis les commerces. Les hôtels aussi commencent maintenant à se mettre à la page.

Avec la collaboration de Marilou Séguin

Partager:

Maxime Coursol

  • Courriel

À ne pas manquer