L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
25 avril 2019

Sondage maison « Entreprises »

Un hiver interminable? Pas de problème...

Quel hiver nous venons de traverser! Phil, la marmotte de Punxsutawney, qui, n’ayant pas vu son ombre le 2 février au matin, avait prédit un printemps hâtif aurait besoin de nouvelles lunettes. Le lien de confiance avec ce siffleux rongeur de carottes est assurément rompu.

René-Pierre Beaudry , journaliste

Personne n’est parfait, pas même Phil, la célèbre marmotte de Punxsutawney, qui le 2 février, avait prédit un printemps 2019 hâtif. Malgré tout, les entreprises sondées sont loin d’avoir appuyé le doigt sur le bouton « Panique ».
Personne n’est parfait, pas même Phil, la célèbre marmotte de Punxsutawney, qui le 2 février, avait prédit un printemps 2019 hâtif. Malgré tout, les entreprises sondées sont loin d’avoir appuyé le doigt sur le bouton « Panique ».
© Photo Unsplash

Un hiver interminable. Le 16 mars, Éric Chatigny, le météorologue de Sainte-Agathe-des-Monts, écrivait sur le site de Météo Laurentides « contrairement à ce qui était anticipé au début de la saison, l'hiver 2018-2019 passera à l'histoire comme un des plus neigeux. (...) En termes d'accumulation maximale de neige au sol, 2018-2019 est assurément l'hiver le plus important des 20 dernières années, selon les données compilées par Météo Laurentides, et potentiellement le plus neigeux de tous les temps. »

M. Chatigny a conclu en ajoutant: « nous n’avons pas nécessairement reçu beaucoup plus de neige qu'à l'habitude, mais nous en avons certainement perdu beaucoup moins qu'en temps normal. Qu'on aime pelleter ou pas, on se souviendra de cet hiver comme un hiver d'antan. »

L’information du Nord a effectué auprès de sept entreprises du Grand Sainte-Agathe un petit sondage téléphonique non-scientifique, sondage à une seule question: quel impact cet interminable hiver – ou ce printemps qui tarde à se pointer le bout du nez – aura-t-il sur votre chiffre d’affaires 2019 ?

PISCINE TRÉVI STE-AGATHE 

Alexandre Cloutier, propriétaire de Piscine Trévi Ste-Agathe: « Pour nous, cela signifie qu’il nous faudra faire en quatre semaines ce que nous faisons habituellement en six. En réalité, nos ventes fonctionnent, sûrement pas à plein régime, comme l’an dernier à pareille date. Mais avec un hiver qui a débuté tôt – la neige est au sol depuis le début novembre 2018 – et (le bel) été qu’on a eu l’an dernier, cela fera que les gens auront envie de profiter de leur extérieur de résidence. Avec l’arrivée du temps plus chaud, ça va rentrer à pleines portes chez nous. C’est d’ailleurs ce que prédit la Maison-mère (Piscine Trévi). Bref, nous aurons moins de temps pour travailler, mais plus de monde en magasin. Nous nous attendons cette année à un été-record. »

LA CLEF DES CHAMPS 

Karine Béliveau, directrice du marketing: « Nous ne sommes pas vraiment retardés (par l’hiver interminable). Nos semis sont faits, les plantes sont à la serre, les vivaces sont toujours sous la neige... L’équipe agricole va peut-être débuter une semaine ou dix jours plus tard que d’habitude. Nous tenons nos statistiques de température et d’autres facteurs. Cela nous porte à répondre que nous ne sommes pas – mais vraiment pas - en situation de crise. Cet hiver qui tarde à partir, ce n’est pas la première fois qu’on vit cela. »

CANADIAN TIRE 

Jean Dumas, propriétaire: « Au 10 avril, je vous annonce qu’on a connu le meilleur hiver qu’on pouvait espérer. Bien sûr, il est temps que l’hiver s’en aille, mais cette saison a été pour nous exceptionnelle: notre magasin a une section spécifique pour toutes les situations possibles. Chutes de neige? Nos pelles et nos souffleuses se sont envolées. Pannes de courant? Nous avons vendu des génératrices comme jamais auparavant. Changement de température? Des pneus neufs, on a ce qu’il faut. Le mobilier de terrasse et de bord de piscine? Attention! Nous ne sommes qu’au début avril et, faut-il le rappeler, dans les Laurentides. Les fleurs, on n’en plante pas ici avant le mois de juin. Les températures chaudes vont finir par s’installer. Si c’est toujours l’hiver dans un mois, il est probable que je dirai avoir des problèmes avec (la vente) des tondeuses ou des tracteurs à gazon. »

BMR EUGÈNE MONETTE 

Luc Alarie, président: « Ce printemps qui n’est pas encore totalement installé nous retarde un peu. La neige s’est mise à tomber très tôt (en novembre 2018) et elle tarde à partir. Tout ça fait que les contracteurs de chantiers et les ouvrages en construction sont eux aussi retardés. Même les particuliers qui veulent faire des petits travaux autour de la maison attendent que la neige fonde. »

LA JARDINIÈRE STE-AGATHE

Simon Thériault, propriétaire: « Nous, la date significative, c’est la fête de Pâques. Elle était tôt l’an dernier. En 2019, Pâques est à la fin avril (21 avril). Si la neige se met à fondre au cours des prochains jours, ça devrait bien aller pour nous. N’ayant pas de serre chauffée, nous n’avons pas encore de plantes (en serre). Nous nous occupons surtout à l’intérieur (de la bâtisse)... Une fois le printemps installé, les gens pensent aux fleurs qu’ils aimeraient planter. Ça devrait bien aller. »

JARDINERIE CROQUE PAYSAGE

Claudine Gascon, propriétaire: « Le printemps qui tarde à s’installer ne nous affecte pas tant que cela. On s’organise autrement. On risque de repousser d’une semaine notre ouverture. Bien sûr, si ça continue de stagner comme cela pendant trois semaines, on va se poser des questions. Mais j’ai bon espoir que ça va finir par fondre. (<@Ri>Rires<@$p>)... Nos préparatifs vont bon train: nous avons une chambre de semis avec des néons et notre serre chauffée qui est bordée par la route 117. Les plantes sont en train de pousser. Pour l’instant, nous n’avons rien freiné. Ça démarre lentement comme à chaque année. De toute façon, même si on est toujours bien pressés de planter son potager à la maison, souvenons-nous que la dernière date de gel dans les Laurentides est à la mi-juin ».

Partager:

René-Pierre Beaudry , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer