L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
12 juin 2019

Vers une meilleure autonomie alimentaire

Dans l'univers de Violon et Champignon

SANDRA MATHIEU - D’aussi loin qu’il se souvienne, Vincent Leblanc a toujours été passionné par les champignons. Cet intérêt n’est certainement pas étranger au fait qu’il a été élevé en pleine nature près de Vallée Bleue à Val-David.

Fondée par Vincent Leblanc, Violon et Champignon est installée à Sainte-Lucie et se spécialise dans la culture de champignons comestibles certifiée biologique, la vente de mycélium de qualité (semences de champignons), l’aquaponie et la polyculture.
Fondée par Vincent Leblanc, Violon et Champignon est installée à Sainte-Lucie et se spécialise dans la culture de champignons comestibles certifiée biologique, la vente de mycélium de qualité (semences de champignons), l’aquaponie et la polyculture.
© Photo gracieuseté

« Petit, j’étais toujours dans le bois à explorer et, très jeune, je créais des jardins potagers avec mes parents, deux artistes qui faisaient partie du mouvement de retour à la terre », explique celui qui a fondé Violon et Champignon en 2013.

Vincent a fait ses débuts chez Gourmet sauvage à 14 ans et y a travaillé pendant cinq ans avant de poursuivre des études en horticulture ornementale et en environnement, en plus de compléter un baccalauréat en agronomie et une maîtrise en biologie végétale.

« Quand j’ai commencé, j’étais un marginal et jamais je n’aurais imaginé qu’on vivrait ce tournant », s’enthousiasme Vincent.

En mode estival

Installée à Sainte-Lucie, Violon et Champignon se spécialise dans la culture de champignons comestibles certifiée biologique, la vente de mycélium de qualité (semences de champignons), l’aquaponie et la polyculture. En période estivale, l’entreprise offre une variété de champignons frais et séchés. Les mycéliums sont préparés dans les laboratoires et ceux-ci peuvent être implantés au jardin sur de la matière organique, en forêt dans un rondin ou en serre.

« Nous avons créé l’entreprise dans le but de promouvoir l’alimentation locale et la production d’aliments frais, explique Vincent. Nous souhaitons également fournir les matériaux nécessaires à une production à petite et grande échelle. Nous faisons la démonstration de nouvelles énergies et méthodes de production alimentaire circulaires qui facilitent une transition vers un mode de vie axé sur un équilibre plus naturel où le déchet de l’un devient la ressource de l’autre. »

Le cheval de bataille de Violon et Champignon c’est de stabiliser et d’optimiser la production pour devenir plus efficace. La sensibilisation et l’éducation sont des volets très importants de l’entreprise. D’ailleurs, des ateliers, formations, visites guidées et séances autocueillettes sont au programme tout l’été et l’équipe est présente dans plusieurs marchés ici et ailleurs.

Inspirations

« La foresterie actuelle n’est pas viable et j’essaie de voyager chaque année pour m’inspirer de ce qui se fait de mieux ailleurs, confie Vincent. Le Pérou et l’Espagne sont des leaders dans le marché. Au Québec, la Mauricie est un beau modèle pour le développement de projets d’approvisionnement. »

Son ouvrage de prédilection: le livre du mycologue américain Paul Stamets Mycelium Running: Comment les champignons peuvent aider à sauver le monde.

Parmi les projets qu’il caresse, notons le défi qu’il aimerait lancer aux chefs de la région pour les inciter à cuisinier les champignons de façons originales.

Vincent Leblanc en bref

Il a travaillé sur des projets agroforestiers et agricoles au Burkina Faso et au Pérou. Il expérimente la culture du ginseng et autres plantes de sous-bois depuis 15 ans. Il a rénové et modifié sa maison afin d’utiliser les eaux grises qui servent à irriguer son jardin et la serre aquaponique et expérimente de nouvelles façons de faire et d’énergies et il rêve à une meilleure autonomie alimentaire pour tous.

Info:violonetchampignon.com et sur Facebook: Violon et Champignon

À LIRE AUSSI DANS NOTRE DOSSIER:

-Une nouvelle coopérative pour le terroir laurentien

-FORÊT: un guide d’identification du terroir sauvage

-Les produits forestiers non ligneux « valorisent à la fois nos forêts et nos terres agricoles »

Partager:

À ne pas manquer