L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
19 juillet 2019

Protection de la faune aquatique et des huards

Appel à la vigilance sur le lac des Sables

L’Agathoise Marie-Claude Paquette lançait un cri d’alarme aux plaisanciers ce printemps pour la protection de la faune aquatique du lac des Sables et voilà que le 25 juin dernier, deux huards naissaient. Nouvellement membre du c.a. de l’Association pour la Protection de l'Environnement du Lac des Sables (APELS), elle espère plus que jamais sensibiliser les citoyens et vacanciers à l’importance de faire preuve de prudence.

Sandra Mathieu , Collaboratrice

Plume et Ploum sont maintenant, pour Marie-Claude Paquette, les petites mascottes du lac des Sables!
Plume et Ploum sont maintenant, pour Marie-Claude Paquette, les petites mascottes du lac des Sables!
© (Photo Marie-Claude Paquette)

« C’est un privilège d’avoir ces oiseaux ici, c’est la première nichée qui survit depuis trois ans, souligne Mme Paquette qui habite sur le bord du lac des Sables depuis 15 ans. L’an dernier, les huards n’avaient pas survécu aux embarcations à moteur qui se déplacent souvent à grande vitesse et qui font fi de leur présence. Avec les semaines de la construction, il faut redoubler de vigilance et sensibiliser les gens sur le respect des animaux. »

Diminuer la vitesse et prendre le temps de surveiller la surface de l’eau sont entre autres des actions qui augmentent les chances d’apercevoir les huards et de pouvoir faire un détour au besoin, car si les adultes peuvent plonger jusqu’à 50 pieds, ce n’est pas le cas des bébés.

Des discussions entre l’APELS et la Ville ont permis de déjà prévoir des bouées et des affiches qui seront installées sur le lac l’an prochain avant les nichées et des réflexions sont en cours quant à une patrouille de sécurité sur le lac. On peut déjà apercevoir des messages de sensibilisation sur la page Facebook de la municipalité. 

On pouvait y lire récemment: « Que vous soyez en bateau à moteur, à motomarine ou dans une embarcation sans moteur, prenez vos distances, faites un détour. Les vagues et le stress causé par une présence humaine pourraient leur être fatals. »

Partager:

Sandra Mathieu , Collaboratrice

  • Courriel

À ne pas manquer