L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
12 août 2019

Commerce au détail

Une autre institution de la rue Saint-Vincent ferme ses portes

Après La Gamine, c’est au tour de la boutique de sport Champoux d’annoncer sa fermeture officielle, après 52 ans d’activité.

Maxime Coursol

Il y avait toute une file ce 8 août sur le trottoir pour se rendre dans la boutique Champoux.
Il y avait toute une file ce 8 août sur le trottoir pour se rendre dans la boutique Champoux.
© L’information du Nord – Véronique Piché

Le 8 août dernier, une file d’attente d’une centaine de personnes s’étirait sur le trottoir en face de Champoux Ski Cycle Urbain (autrefois Boutique Jacques Champoux). Le début de la vente de fermeture avait été annoncé plus tôt dans la semaine sur les réseaux sociaux ainsi que sur le site web officiel de l’entreprise.

Pour plusieurs, c’était le moment de se remémorer des souvenirs. « J’ai déjà été ski instructor pour Jacques Champoux », explique avec nostalgie un anglophone de Toronto qui séjourne à Sainte-Agathe depuis 55 ans. L’homme se souvient du village lorsqu’il y avait plein de magasins. Il suspend ses mots, les bras grands ouverts en signe d’impuissance devant la situation.

Une employée de la Commission scolaire des Laurentides sort de la boutique, un sac de magasinage contenant une boîte à chaussure à la main. Elle n’est pas surprise de cette fermeture. « Amazon fait mal à la vente au détail, c’est clair. » Et elle constate qu’il ne reste plus beaucoup de choix dans le village.

« Ça commence à faire pitié. Un vrai village fantôme! », lance un jeune homme qui vient de s’acheter du matériel à rabais pour son vélo. Mais il ajoute qu’il ne s’en fait pas pour Ghyslain Valade, le propriétaire, qui selon lui a déjà d’autres projets en tête.

Signalons par ailleurs que le 8 août, une autre boutique installée à Sainte-Agathe depuis 35 ans, Nouvelle Mode, a annoncé sur les réseaux sociaux qu’elle fermerait ses portes.

Réaction du milieu

Martin Lajeunesse, propriétaire de Chaussures Populaires, cette autre institution ayant pignon sur la rue Saint-Vincent depuis 1976, se décrit lui-même comme « le dernier des Mohicans ». Il dit ne pas avoir le choix d’essayer de passer à travers, mais il reconnaît les difficultés en vue: « C’est sûr qu’avec moins de magasins, il y a moins d’achalandage. »

Dans une communication envoyée à L'information du Nord, la présidente de la Chambre de commerce du Grand Sainte-Agathe Julie Tourangeau écrit: « Les fermetures de commerces annoncées dernièrement nous rendent tristes, amers et nostalgiques […]. La réalité économique, nos habitudes de consommation ainsi que les changements organisationnels font en sorte que les défis relevés par les entrepreneurs d'aujourd'hui sont variés. »

« Aujourd'hui, ajoute-t-elle, je veux saluer ces gens qui se lèvent, et ceux qui se sont levés, chaque matin pour ouvrir les portes de leurs commerces. […] Je veux dire à NOS commerçants que nous sommes derrières eux et qu'ensemble nous allons travailler à développer l'économie locale. La Chambre de commerce du Grand Sainte-Agathe prendra les engagements nécessaires pour réagir à ce défi de relève et de renouveau commercial. Nous irons chercher le soutien de la Ville de Sainte-Agathe et des instances nécessaires à la revitalisation de notre économie. »

Au moment d’aller sous presse, l’administration de la boutique Champoux n’avait pas retourné nos appels.

Partager:

Maxime Coursol

  • Courriel

À ne pas manquer