L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
18 juin 2016

Toute une prestation au Patriote

Émile Proulx-Cloutier: bon sang ne saurait mentir

Complices jusque dans le sourire, la fée du Marais Sonia Piché et Alexandre Gélinas ont proposé ce 17 juin une soirée toute spéciale en compagnie d’Émile Proulx-Cloutier. Une soirée empreinte de beauté à l’oreille et d’images au cœur.
Émile Proulx-Cloutier lors de sa prestation du 17 juin au Patriote de Sainte-Agathe.
Émile Proulx-Cloutier lors de sa prestation du 17 juin au Patriote de Sainte-Agathe.
© Photo Gracieuseté - Le Patriote
Complices jusque dans le sourire, la fée du Marais Sonia Piché et Alexandre Gélinas ont proposé ce 17 juin une soirée toute spéciale en compagnie d’Émile Proulx-Cloutier. Une soirée empreinte de beauté à l’oreille et d’images au cœur.

Émile Proulx-Cloutier est issu d’un beau croisement : celui de Danielle Proulx et de Raymond Cloutier,  des pures races de la scène. Émile se verra donc tomber dans la marmite avant de ne pouvoir lire son Astérix. 

Puisque bon sang ne saurait mentir, sur scène Émile occupe l’espace de façon dramatique. Il est tantôt langoureux au piano, tantôt verbomoteur au micro. Il crée des contrastes à chaque quart de seconde. Ça donne une époustouflante prestation où  l’om embarque dans le vaisseau, on s’y installe et on le laisse décider, de la mer ou du ciel, la direction qu’il prendra.

C’est ainsi que CHANTIER sert de tremplin à la prochaine tournée. Un spectacle pour ‘’casser des tounes’’, pour  voir si la salle a entendu.  Car, et malgré ses performances au piano, Émile livre ses messages. Il a à dire, à faire entendre. Il  campe sa génération, celle de familles éclatées, et devient l’enfant-adulte entaché d’angoisses et d’isolement. On l’écoute et c’est une réalité qui nous frappe en plein front.  On se demande même combien d’heures ses angoisses ont été canalisées  à noircir des notes et à poser des clés de sol. Ah! Ce Sol dont le débit verbal   de Cloutier fera aussi référence.

Émile Proulx-Cloutier est de la trempe des grands.  Par ses mots d’abord puis, par sa musique. Il instaure, piano aux doigts et tambours au pied, une agréable ambiance de jamais-vu.  Il suit la lignée des Vignault, Calcé, Leclerc. Il ajoute à certaine compos une note à la Brel. Un clin d’œil à la poésie chantée,  au parfum de souvenir.

Un vrai...

S’il ne fait qu’un avec son piano, qu’il surnomme le Monstre, jamais il ne regarde son clavier. Toujours, l’oeil porte vers l’infini. Son but est droit devant. Comme un vrai. Il est de race,  de ceux qui savent exprimer ce que les mots ont perdu.  Il est touchant. Il est fils de musique, de scène et de force. Il est fils unique. Il est unique.

Un spectacle,, donc comme on les aime. Fort, percutant. Une salle conquise voire ébahie. Une invitation géniale à un concept de collaboration entre deux scènes.  Une soirée magique et… un Émile Proulx-Cloutier  à revoir au Patriote quand Chantier sera solidement construit.  Ne manquez pas ça!

 

Partager:

À ne pas manquer