L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
25 janvier 2019

« Casse-Croûte » de retour à Sainte-Agathe

« Il faut écouter les paroles » - Guillaume Lardin, rappeur

Plus de 11 artistes du collectif « Casse-Croûte » donnent rendez-vous aux fans de rap – pour les non-initiés, acronyme de Rythm And Poetry (« rythme et poésie ») - au Resto-Bar Les 4 As de Sainte-Agathe-des-Monts le vendredi 8 février à 22h.

René-Pierre Beaudry , journaliste

Voici quatre des 11 artistes du prochain spectacle du collectif « Casse-Croûte ». De gauche à droite : B.F.C., Sadam Huss, 2 M et Knight Crawler.
Voici quatre des 11 artistes du prochain spectacle du collectif « Casse-Croûte ». De gauche à droite : B.F.C., Sadam Huss, 2 M et Knight Crawler.
© Photo L'information du Nord - René-Pierre Beaudry

Guillaume Lardin, de Val-David, est l’organisateur de l’événement. « Cela fait près de dix ans que « Casse-Croûte » ne s’est pas produit à Sainte-Agathe », commence-t-il. « Pourtant, pour la plupart des gars, c’est un retour aux sources. Une bonne majorité d’entre eux ont étudié à la PDM (Polyvalente des Monts). »

Lui qui se dirige vers des études en cinéma, « Knight Krawler » - son nom d’artiste – est conscient que le public en général a une vision négative du rap, « parce que les mots sont crus, sans censure, et que les paroles sont intenses. Il se dit des choses que les gens n’ont peut-être pas toujours envie d’entendre. »

Dans une entrevue accordée il y a quelque temps à Julie Niquette, de Nous TV Laurentides, Guillaume avait répondu : « Le rap ne valorise pas les gangs, la drogue ou la violence. Dans le film « Straight Outta Compton » de Gary Gray, le personnage de Ice Cube (joué par O’Shea Jackson Jr) dit : « Notre art est un reflet de notre réalité. » C’est ça, le rap. »

Au-delà de 2,5 millions de visionnements

Le collectif Casse-Croûte est né à Sainte-Agathe-des-Monts en 2006, avec deux membres-fondateurs, « 2M » et « Sadam Huss », avant de déménager dans la métropole où le groupe s’est rapidement fait un nom au fil des nombreux spectacles dans des bars, puis des théâtres, au National, au Club Soda, « Foufounes Électriques », Métropolis et au Théâtre Telus et sa salle de 1200 places. Casse-Croûte a également fait le tour du Québec, de Sept-Îles à Rouyn-Noranda. Le groupe a été invité à chanter sur la scène Desjardins aux Francofolies de Montréal le 20 juin 2018. En collaboration avec un collectif de rappeurs français, leur clip « Les choses se passent » totalise au-delà de 2,5 millions de visionnements sur You Tube.

« On a fait nous-même notre nom », termine B.F.C. « Nous avons donné beaucoup de spectacles et joué notre propre musique. Personne ne nous a tenus par la main pour nous faire connaître du public. On a beaucoup travaillé pour que ça arrive. »

Les membres de Casse-Croûte méritent de plein droit leur statut de groupe autonome, surtout quand on sait qu’en quatre ans, ils ont réussi à vendre de main à main au-delà de 70 000 copies de leur premier album collectif de neuf chansons originales. Faut le faire!

Le spectacle du 8 février, au Bar-Resto Les 4 As, aura une première partie au cours de laquelle on pourra découvrir cinq rappeurs : Knight Krawler,  Kreem Sheek, Isaac, Deeds et C-Nillz.

Renseignements : https://casse-croute.bandcamp.com/

Partager:

René-Pierre Beaudry , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer