L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
10 septembre 2019

Circuit Enduro World Series

Kayla Morin-Blanchette brille en vélo de montagne

La jeune cycliste Kayla Morin-Blanchette n’a pas mis de temps à faire sa marque sur le circuit de vélo de montagne Enduro World Series (EWS). Seulement à sa deuxième année à ce calibre, elle a décroché une place avec l’équipe canadienne à l’épreuve Trophée des Nations, en quelque sorte le championnat du monde du sport.

Yves Rouleau , journaliste

Des entreprises locales comme le Bar Le P’tit Caribou et Cybercycle Mont-Tremblant soutiennent financièrement la jeune athlète de Val-David.
Des entreprises locales comme le Bar Le P’tit Caribou et Cybercycle Mont-Tremblant soutiennent financièrement la jeune athlète de Val-David.
© (Photo gracieuseté)

L’athlète de Val-David est allée de succès en succès cette saison lors d’épreuves EWS, aux États-Unis. « Je me suis étonnée moi-même », souligne-t-elle. La Val-Davidoise n’était pas au bout de ses surprises. Il y a quelques jours, elle recevait un courriel de l’EWS lui indiquant qu’elle avait accumulé le quatrième meilleur total de points chez les athlètes canadiennes, ce qui lui valait une qualification pour le Trophée des Nations, les 28 et 29 septembre à Finale Ligure en Italie.

« Pour l’équipe canadienne, je suis réserviste, ce qui signifie que je participe au concours par équipe si l’une des trois régulières ne peut prendre le départ. Sinon, je vais tout de même participer au niveau individuel », a-t-elle mentionné à L’information du Nord.

Durant la saison, l’athlète de 23 ans a terminé trentième au classement général, une performance impressionnante pour une première année complète aux États-Unis. « Les circuits sont beaucoup plus difficiles que ce que j’avais expérimenté ici », souligne-t-elle.

Du cross-country à l’Enduro

C’est donc un tournant inattendu qu’a pris « l’essai » en Enduro de Kayla, l’an dernier. La sportive qui avait participé à un grand nombre de compétitions de vélo cross-country à l'adolescence a décidé de tenter sa chance à Enduro, il y a à peine deux ans, afin de s’offrir une pause-distraction de ses études à l’Université du Québec à Trois-Rivières.

On peut dire qu’elle a eu un second coup de foudre pour le vélo de compétition. Tout en poursuivant ses études de baccalauréat en enseignement de l’éducation physique et à la santé, sa priorité maintenant dans la vie, elle a décidé de s’inscrire à d’autres compétitions d’Enduro.

« J’ai eu du succès. J’ai fait cinq ou six courses avec des premières ou deuxièmes positions. À force de bons résultats, ça m’a redonné le goût de la compétition », indique-t-elle.

Elle a clôturé sa première saison de retour en prenant part à une compétition à Burke au Vermont. « J’ai constaté qu’il y avait une grande différence entre les parcours américains et les nôtres au Québec. J’étais pas préparée à ça. J’ai buté sur certaines passes techniques », se rappelle la jeune athlète.

Il en fallait évidemment davantage pour la décourager. Le défi a agi comme un coup de fouet pour l’inciter à participer à d’autres compétitions sur le sol américain.

Baccalauréat et compétitions

Kayla termine son baccalauréat au cours des deux prochaines sessions. Dès le printemps, toutefois, elle s’inscrira à de nouvelles compétitions. Elle entend participer à quelques épreuves de l’Enduro World Series avec, comme ultime but, une participation au Championnat canadien dans l’Ouest canadien à la fin de l’été prochain.

Entre-temps, la priorité va aux études et au parachèvement du baccalauréat, ce à quoi elle s’emploiera tout en occupant un boulot à temps partiel. L’automne prochain, elle projette d’effectuer de la suppléance en enseignement, mais elle ne vise pas tout de suite un poste à temps plein. « Je veux voyager. Les compétitions peuvent m’en donner l’occasion. Je vais travailler également et m’entraîner. Il y a bien d’autres choses que je mets de côté pour l'instant, mais il faut choisir ses priorités dans la vie », dit-elle.

Partager:

Yves Rouleau , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer