L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
22 juin 2017

Libéré des Blue Bombers de Winnipeg

Félix Ménard-Brière a demandé son congé

Le nom du botteur Félix Ménard-Brière, de Sainte-Agathe-des-Monts, n’apparaît plus sur la liste des joueurs de l’unité d’entraînement des Blue Bombers de Winnipeg.

Maxime Coursol

Les Blue Bombers de Winnipeg ont respecté la décision de leur choix au repêchage du 7 mai dernier (au 34e rang au total) en accordant son congé au botteur agathois Félix Ménard-Brière qui sera de retour dans l’uniforme des Carabins de l’université de Montréal cet été.
Les Blue Bombers de Winnipeg ont respecté la décision de leur choix au repêchage du 7 mai dernier (au 34e rang au total) en accordant son congé au botteur agathois Félix Ménard-Brière qui sera de retour dans l’uniforme des Carabins de l’université de Montréal cet été.
© Photo TC Media - Archives

Le nom du botteur Félix Ménard-Brière, de Sainte-Agathe-des-Monts, n’apparaît plus sur la liste des joueurs de l’unité d’entraînement des Blue Bombers de Winnipeg.

Son retrait a été annoncé par l’équipe de la LCF le mercredi 21 juin.

« J’ai rencontré la direction des Bombers lundi matin (19 juin) pour leur faire part de ma décision », nous explique-t-il au téléphone. « Justin Medlock est le botteur #1 de Winnipeg. On me gardait dans l’équipe d’entraînement pour que je continue de travailler ma technique, notamment celle des bottés de placement. Or, je peux le faire n’importe où, pas nécessairement à Winnipeg. Ce n’est pas comme si j’étais un receveur de passe. Celui-là a avantage à rester dans l’équipe d’entraînement. Aux pratiques, il a l’occasion de s’améliorer et d’assimiler davantage les jeux de l’attaque ou les patrons de passe. Un botteur, c’est plus simple. Tu peux t’entraîner pratiquement sur n’importe quelle surface de jeu. »

Au moment de son entretien avec L’Information du Nord, ce vendredi 22 juin, Ménard-Brière était déjà de retour à Montréal.  Il a ainsi fait  d’une pierre deux coups : il continue de pratiquer ses bottés de dégagement, d’envol, de précision et ses convertis (32 verges) et plutôt que de moisir sur le banc ou dans les estrades le jour d'un match de Winnipeg,  il va voir de l’action dans l’uniforme des Carabins de l’Université de Montréal dont il rejoint à nouveau les rangs.

« Je pourrai jouer à mon goût en disputant ma 5e et dernière année d’admissibilité dans les rangs universitaires », reprend-il. « Avant de quitter Winnipeg, j’ai avisé la direction des Bombers que si on avait subitement besoin de mes services (dans le cas d’une blessure et de contre-performance de Medlock, N.D.L.R.), on n’aurait qu’à me faire signe et je reviendrais sans tarder à Winnipeg. »

Partager:

Maxime Coursol

  • Courriel

À ne pas manquer